Un long chemin / Herbjorg Wassmo (trad. du norvégien par Luce Hinsch) - Gaïa, 2016 - 158 p.  (prêté par Anne, merci !)

unlongcheminTout au nord de la Norvège, en 1944, des gens résistent à l'occupation allemande. C'est le cas de cette famille, le papa, la maman et le petit garçon de cinq ans. Mais l'étau se resserre et ils doivent fuir. Traverser les montagnes pour gagner la Suède, pays neutre. Cette traversée, par -"30°, dans la neige va être une terrible épreuve. Ils vont subir le froid, le gel, la faim, la peur, le désespoir, l'épuisement et l'envie de renoncer.  Le récit, tout en retenu, est tiré d'une histoire vraie. L'auteur a voulu rendre hommage à tous ces gens ordinaires, aux hommes, aux femmes, aux enfants, qui ont payé un lourd tribut à la guerre et qui n'auront jamais de médaille ou de monument. Les héroïques de l'anonymat.

Très beau récit, sobre et émouvant, écriture pudique. En fait, quand j'ai commencé à le lire, je me suis aperçue que je l'avais déjà lu. Comme je ne m'en souvenais plus bien... (dans ces cas-là, ça me revient à mesure que je lis... pas vous ?), j'ai décidé de le re-lire et je ne suis pas déçue, j'ai à nouveau beaucoup aimé. A lire !

De cette auteure, vous pouvez lire aussi "le livre de Dina", "la trilogie de Tora" (et les autres !). Formidable !

Décidemment, j'aime les auteur(e)s nordiques ! (pour l'ambiance, beaucoup).

"Ensuite il revoit la cave à pommes de terre. Où ils sont assis . Et les prisonniers russes. Il les voit attraper les croûtons de pain – rapides comme l’éclair, et les cacher sous leurs capotes. Il sait qu’ils ont très peur. Mais ils le sont d’une drôle de manière ensommeillée.
Ils ne le montrent pas. Leurs yeux se détournent. Il n’arrive jamais à y lire la peur. Il sait seulement qu’elle existe.
Ceux qui habitent le long de la rivière et autour du pont que les Russes sont en train de construire font aussi partie de cette peur."