Virginia / Emmanuelle Favier - Albin Michel, 2019 - 295 p. ; 19.90€ (bibli)

virginiaCeci est un roman. C'est aussi l'enfance de Virginia Stephen* (qui deviendra Virginia Woolf), dite Ginia, miss Jan. Enfance d'ennui  passée dans un manoir au fond de la sombre impasse. Naître fille à l'époque victorienne lui donne le mariage comme seul horizon. Tandis que les frères partent faire des études, les filles restent à la maison.  Sa soeur se consacre à la peinture, Virginia lit tous les livres de la bibliothèque paternelle et elle écrit... son journal, des lettres, mais elle doute et sans cesse le froid de la mélancolie insoutenable la cloue. Le temps goutte. Chaque année s'écoule lentement au fond de l'impasse.

"(..) elle s'ennuie. Ce sont les journée victorienne ordinaires, en attendant que la vraie vie commence, les journées coupées en quatre par les repas : lecture, repas, courses, repas, visites ou parc."(..) "Dès qu'elle cesse de lire, remontent les eaux noires, qui rendent tout si vain et si misérable." "Plus tard, Virginia vient d'avoir vingt ans, la vie se fait édouardienne. Et le temps clapote. Le temps goutte. Lent et pourtant irrattrapable."

En fin de chapitre, comme une fatalité, les feuilles tourbillonnent.

"Le temps présent ne se digère pas."

"Pour conjurer l'insoutenable désarroi de la pendule, Virginia fixe le blanc entre les chiffres puis de nouveau regarde sa belle main, le pouvoir de cette main, cette main intacte."

J'ai moi aussi été prise d'une certaine langueur à la lecture de ce livre. J'ai également enrichi mon vocabulaire, ex : cadratin, exuvie, apostropaïque... c'est toujours une délectation la rencontre de mots inconnus.

Très beau livre, écriture hypnotique, poétique et soutenue. Plongeon dans l'intime. A lire !

*Virginia Woolf, née Adeline Virginia Alexandra Stephen le 25 janvier 1882 à Londres et morte le 28 mars 1941 à Rodmell (Royaume-Uni)

Emmanuelle Favier, née le 27 février 19801, est une romancière, poétesse et nouvelliste française.